The Defenders la série Netflix et Marvel

Sympathique, divertissant mais jamais transcendant ou bien innovant. A l’instar d’Avengers au 7 ème art, The Defenders devait être le point culminant de l’association Marvel/Netflix. Les séries Marvel produites par Netflix sont en quelques sortes des bambins miraculés de la machine hollywoodienne que constitue Marvel Studios. Elles s’inscrivent bel et bien au sein du Marvel Cinematic Universe mais possèdent une liberté artistique beaucoup plus importante et un milieu pro beaucoup plus acharné pour nous captiver qui se sentent à travers des mises-en-scène plus audacieuses. Qu’on se comprennes bien, on reste dans le cas du divertissement mais ces séries sont devenues l’échappatoire idéale à l’intérieur de cet univers mais ses films essuient la mode qui consiste à dire ( quelques fois à adéquat titre ) qu’il n’y a aucune personnalité. Au final ‘ The Defenders ‘ est-elle à le lieu ? On peut dire oui pour une collection de ce style sur Netflix.

Les craintes de l’œuvre :

Résidait dans la forme série en lui même qui impliquait un porte feuille moindre garantissant peu de extraordinaire propre aux adaptations du MCU ( le spectateur était néanmoins en coupe droite d’attendre autre chose qu’un poing fluo pour représenter l’Iron Fist ou bien de quelque T-shirt déchirés pour illustrer l’invulnérabilité de Luke Cage ). Bien que ces craintes soient d’une sûre manière confirmées après diaporama de l’œuvre, Defenders arrive cependant à s’afficher comme étant la meilleure adaptation depuis Daredevil. Defenders est, d’une sûre manière, apparu à apprendre des erreurs d’Iron Fist ou bien de Luke Cage. En dépit des 2 premiers épisodes compliqué, Defenders retrouve vite ses marques et impose un rythme soutenu, sans jamais chuter dans le contemplatif. Le format 8 épisodes s’avère beaucoup plus adapté que les 13 épisodes des précédentes séries.

Aussi l’œuvre n’a pas de ton à elle mais c’est pas grave. ? En fait c’est pas tant le ton qui importe dans une collection événement comme celle-ci qui devrait adéquat rassembler nos acteur. Mais il manque une sûre artistique, ou bien une ambition de donner une. C’est dommage parce que c’est une collection qui en demande pas une pour ce qu’elle devrait faire. NnMalgré tout ce que j’ai dis j’ai passé un bon moment. Le choix d’avoir fait simplement 8 épisodes est un choix très économique parce que je me suis pas ennuyé, ou bien en tout cas l’ennui n’a pas eut le temps de s’installé. Les scènes de lutte sont solides, ni plus ni moins, mais après Iron fist on est dans le mieux. On peut trouver des scènes très plaisantes pour les fans ( dont quelques unes présages de belles choses ) et il y a du fun à voir ces individus qu’on a apprit à connaître se rassembler pour la première fois. Et pour une première itération des Defenders le potentiel est franchement là, ça tape dedans parfois et on espère du mieux la prochaine fois.

De même, si l’intrigue est soutenue et très utile,

Elle n’est néanmoins pas exempt de possibilités scénaristiques, voir même d’incohérences ( il n’y a qu’à voir la facilité avec laquelle, ils entrent et sortent du commissariat sans trop de tracas ). Le diagnostique de puissance est d’ailleurs assez inconstant, quand notamment Luke Cage est mis en difficulté par un spécialiste de la main, bien que Daredevil arrive à en gérer plusieurs en un vs 2. Reste également le fait que cette série se déroule dans le même univers que le MCU, un univers dans lequel subsistent les Avengers, les Gardiens de la Galaxie, le Docteur Strange. Et donc un univers dans lequel arrivent des événements qui dépassent de loin tout ce qui apparaît aux héros de cette série, avoir cela en tête petit d’un coup grandement l’impact des missions. Et quand ceux-ci malgré tout de l’importance, la solution immédiate qui vient en tête du spectateur est forcément : ‘ et pourquoi pas contacter Iron Man ? ‘ En plus Danny étant lui également un milliardaire, il a certainement moyen de le contacter. NNéanmoins, en dépit de ses quelques défauts, Defenders se laisse suivre sans ennui et arrive à instaurer une véritable sympathie vis à vis des 4 protagonistes. Si l’on était capable de s’attendre à mieux, on aurait également pu s’attendre à pire vu la chute de qualité des précédentes séries. Si Defenders ne révolutionne pas l’univers des séries superhéroiques, l’œuvre a néanmoins le mérite de ne pas tirer le genre par le bas et de se montrer divertissante, à défaut d’être remarquable. Il ne reste qu’à espérer que la saison 3 de Daredevil et The Punisher nous réservent quelques surprises agréables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *